Le kayak est un sport olympique depuis 1936. Les épreuves représentées sont la course en ligne et le slalom. Les disciplines non-olympiques sont la descente et plus récemment : le free-style et le wave-ski.

  • Course en ligne : sur un plan d’eau calme, les concurrents répartis en couloirs, doivent parcourir une distance donnée afin de franchir en premier la ligne d’arrivée (proche de l’aviron). Les distances sont de 500 mètres pour les femmes et de 500 à 1000 mètres pour les hommes. Par ailleurs, les kayaks peuvent être monoplace, biplaces ou quadruples (on parle alors de K1, K2 ou K4).
  • Slalom : sur des eaux turbulentes, les concurrents doivent parcourir une distance d’environ 300 mètres et négocier 18 à 25 portes dans un minimum de temps. Il y a 2 types de portes : les portes vertes qui se franchissent dans le sens du courant et les portes rouges qui se franchissent à contre-courant.
  • Descente : sur eau vive moyennement turbulente, le compétiteur doit aller le plus vite possible d’un point à un autre de la rivière. – c’est une course contre la montre – il s’agit de bien choisir sa trajectoire en fonction des courants et des obstacles naturels que forment les rochers. Il existe 2 types de courses : la descente « classique » d’une durée de 12 à 25 minutes, et la descente « sprint » d’une durée de 1 à 2 minutes.
  • Kayak-polo : sur plan d’eau calme, le Kayak polo est un sport collectif qui voit s’opposer 2 équipes de 5 joueurs sur des périodes de 2 fois 10 minutes. C’est un sport spectaculaire où il faut associer aisance en bateau avec adresse au ballon et esprit d’équipe.
  • Freestyle : sur eau vive, le Freestyle se pratique sur des « spots » (vagues ou rouleaux formés par le courant), on parle alors de « park’n’play », et le pratiquant utilise les mouvements d’eau et le relief pour effectuer des figures. Les pratiquants de cette discipline se réunissent souvent sous forme de « team » où ils organisent ensemble de nombreux festivals réunissant concerts, spectacle aquatique ainsi qu’aérien.
    Les  » freestylers » ou « rodéomans » n’hésitent pas à parcourir plusieurs centaines de kilomètres à la recherche du « spot » parfait (le plus connu est Hawaï-sur-Rhône, ensuite on peut citer Charnay, Le Rabiou etc.)
  • Wave-ski : sur une plage à vagues, le wave consiste à enchaîner le plus de figures, à l’ instar du freestyle. Cette discipline est un compromis entre surf et kayak.
  • Merathon : sur un parcours en mer, le Mérathon est une course longue distance en kayak de mer, surf-ski ou en pirogue.
    Remarque: Le Club de Couëron ne pratique pas de compétition.